Art & Technocritique

Art & technocritique se propose d'interroger les interactions actuelles entre art contemporain et technologies en questionnant leurs représentations et leurs discours respectifs. Il s'agit aussi bien d'interroger l'utilisation et les représentations des technologies dans l'art que d'en analyser les interactions élargies dans le champ social (travail, enseignement, communauté, politique, etc.) ou de produire des expositions ou des manifestations autour de cette thématique.


Art & technocritique s’inscrit également dans le prolongement de cours et de workshops déjà en place sur le campus du Havre comme Watershare, Black Water ou encore le premier numéro de la revue Radial consacré au « post-internet » et le troisième « Frugalité ». Le groupe de recherche est l’occasion d’afficher une cohérence entre ces différentes initiatives nécessaire à notre visibilité institutionnelle et de mutualiser nos besoins afin de mener à bien nos recherches (matériel, conférences, voyages d’étude) et de donner une plus large visibilité aux étudiants participant à ce programme.


Art & technocritique s'inscrit dans le prolongement du courant technocritique en histoire et en sociologie (Scott, Jarrige, Fresoz, etc.), de son rapport à la politique (Martin Hiedegger, Leroi-Gourhan, Gilbert Simondon, Bernard Stiegler, Jeremy Rifkin, Aaron Swartz, etc.) ainsi qu’à une éthique de la responsabilité et de l'environnement (Hans Jonas, Ivan Illich, Jacques Ellul, etc.) pour proposer des expérimentations artistiques innovantes.
Grâce à se structuration en équipe de recherche, Art & technocritique entend également favoriser les échanges avec d’autres structures de recherches d’écoles d’art, universitaires et institutionnelles.

 

Activités

- séminaires : séminaires de recherche organisés avec les étudiants autour de thématiques de recherche (par ex : Culture numérique) 
- conférences : invitation de chercheurs et d'artistes travaillant sur nos problématiques 
- expositions
- projets collectifs et workshops