ANNE SARAH SANCHEZ

Je répète mon environnement, mes expériences, mes incompréhensions car il m’est impossible de revivre ou de revoir ou de relire certaines choses à l’identique et elles ne peuvent exister que sur ce mode de la répétition. Traduire, c’est un peu comme répéter, à la différence que la traduction laisse entrevoir de manière plus explicite ce qui ne peut être répété, intraduisible révèle tout ce qui est unique et singulier en le déposant ailleurs. L’indicible, ce qu’on ne saurait dire, ce qui ne saurait être dit. 

Untitled, sculpture, 2019