L’illustration graphique des exposés scientifiques en sciences sociales – l’exemple des réseaux sociaux et de leurs graphes

Frédéric Gannon, Université du Havre

Si elle a toujours fait partie de leur « boîte à outils de communication », l’utilisation par les chercheurs – en particulier dans les sciences sociales – de graphiques, schémas, tableaux et illustrations divers s’est évidemment enrichie, diversifiée et développée avec l’évolution conjointe des TIC.
Comme Zipf l’avait mesuré au début du siècle dernier, les messages publicitaires dans les très grandes villes raccourcissaient avec la vitesse des déplacements, la concurrence des marques. Ses observations s’appliquent aujourd’hui, en partie, dans la communication scientifique. L’objectif du graphique, du visuel est de faire gagner du temps et synthétiser la complexité de manière percutante tout en étant élégante, esthétique, humoristique, etc.
Mais, au-delà de la communication, comment ces artefacts s’articulent-ils avec les contenus scientifiques qu’ils accompagnent ? Sont-ils de simples résumés ou simplifications participant à la compréhension et la mémorisation de l’exposé scientifique qu’ils complètent ? Peuvent-ils se substituer à celui-ci, comme semble le faire croire un nombre croissant d’exemples ?
Nous proposerons une illustration de ces questionnements appliquée à l’économie et aux statistiques, et plus particulièrement aux concepts connexes de réseaux sociaux et de théorie des graphes, qui se développent fortement depuis une dizaine d’années.