CAMILLE JAMELIN

Mon travail d’installation et mon travail d’écriture fonctionne ainsi : beaucoup d’attention dans les détails. Ça m’obsède les détails, c’est comme ça.

 D'abord la couleur. Je commence par-là,             

      tiens, quelle couleur je vais faire aujourd'hui.

                                                                            je teinte le plâtre.

Le plâtre c'est froid, c'est distant, c'est fragile.

Pourtant la naissance du plâtre, c'est une réaction chimique entre de la poudre blanche,

             - goût chimique, odeur de Smecta.-

                                                                                                                                                                          et l'eau.

Désaltérante, efficace pour l'entretien des communs et l'hygiène personnelle. Transparente et inodore. Enfin la plupart du temps. Chargée de souvenir, vecteur émotionnel.

Mélanger la poudre de gypse et l'eau, mélanger de la farine et de l'eau.

Faire ma petite popote.

Si l'on respecte les bonnes doses

            -ce n'est pas toujours mon cas-

                                                                le mélange est plutôt facile, du solide anhydre, le gypse passe au liquide. Les deux matériaux n'en font plus qu'un.

C'est beau mais ça n'est rien à côté de ce qui se prépare, le liquide se solidifie peu à peu, parfois très rapidement,

              rien que d'en parler j'ai l'odeur dans le nez.

Quand le contenant me le permet, je le prends dans les mains pour le sentir chauffer. C'est une gentille chaleur qui se diffuse tranquillement.

Le contenant, c'est le moule. Je le choisi en fonction de la couleur généralement.

Solide ou en tissus.

Parfois à la place de l'empreinte, je ne sauvegarde que la trace. Je brise l'empreinte en petit morceau et je la cache dans un autre moulage.

Le diable est dans les détails.

Ce qui me marque en premier dans un lieu, dans un espace, ce sont les détails, pas l’impression qui s’en dégage, mais les bribes, les fragments, c’est cela qui reste en mémoire le plus longtemps au final.

Le reste de plâtre je le roule en boule, entre mes mains, je mets un peu de poudre de gypse pour assécher la petite boule.

Il reste du plâtre sur mes mains, je les essuie sur mon tablier à pois.

Il reste du colorant, ça ne partira pas tout de suite.