Exposition / HANGAR 500/17

  • 07 au 29 septembre 2017
  • Vernissage le jeudi 07 septembre à 18h00
  • Galerie 65 de l'ESADHaR
    65 rue Demidoff
    76600 Le Havre
  • Dans le cadre des manifestations du 500e anniversaire de la ville du Havre Un été au Havre

A la source de l’exposition HANGAR 500/17, une résidence menée au  rythme soutenu d’une marche, traversant  sept semaines d’exploration sur l’industrie minière.  Par choix, elles seront  passées  dans la Hunter Valley, région du sud–est australien  et plus particulièrement dans la ville de Newcastle. Par son rang de premier port mondial d’exportation de charbon,  je suppose que le territoire permettra d’y découvrir des complexes équipés d’une machinerie démesurée, dans un univers science fictionnel.
Avant même l’atterrissage, le compte à rebours est lancé à la vue des sombres monticules sur les parcs de stockage des terminaux. A ces premiers repérages suivront rapidement  des prises photographiques nocturnes puis diurnes. Pas à pas investigations et productions documentaires cèdent à la décontextualisation des objets, des formes et des  lumières, jusqu’à la fragmentation parfois.

J’explore, j’investis mon sujet au travers  des collectes d’éléments visuels et sonores faisant irruption dans mon cheminement. Peu à peu, la matière étudiée me submerge, révèle les images, les sons aux couleurs, aux sensations éprouvées et aux perceptions. L’exploitation du minerai se dévoile dans la complexité de ses rapports aux hommes et à la nature. L’utilisation de la ressource s’éclaire de sens, autant que de son paradoxe, sans altérer l’ambivalence de ma fascination esthétique."

De retour au Havre dont la centrale thermique utilise un charbon venu de quatre continents, je sonde à nouveau le matériau. Installations et maquette questionnent le potentiel des énergies fossiles, rendant compte de l’omniprésence de leur usage dans la production de la marchandise, esquissant une vision crépusculaire

Sébastien Jolivet

 

VISUEL : SEBASTIEN JOLIVET