Exposition / GEORGES ADEAGBO

  • 24 janvier au 21 février 2018
  • Vernissage mardi 23 janvier à 18h00
  • HúS Espace d'exposition de l'ESADHaR
    2 rue Guiseppe Verdi / 76000 Rouen

UNE EXPOSITION / TROIS LIEUX

Commissariat : Colette Hyvrard / Stephan Köhler

Médiation et accrochages avec le concours des étudiants de l'ESADHaR et en particulier ceux du groupe de recherche VOIR.
L’exposition de Georges Adeagbo est une proposition du laboratoire VOIR, groupe de l’unité de recherche ESADHaR Recherche dirigé par Colette Hyvrard, Stéphanie Solinas et Tania Vladova.

Cette exposition est le fruit d’un partenariat entre l’ESADHaR, le Centre André Malraux et le Musée des Beaux-Arts de Rouen Métropole. Elle s’inscrit dans La Ronde, manifestation organisée par la Réunion des Musées Métropolitains, événement de cultures contemporaines fédérant les musées et les acteurs de l’art contemporain.

Elle prend place dans le cabinet de dessins du Musée des Beaux-Arts de Rouen ainsi que dans le Centre André Malraux des Hauts de Rouen, et dans l’espace d’exposition HúS de l’ESADHaR. Ce partenariat permet une réflexion sur le territoire entre le centre-ville et les Hauts de Rouen.

 

// Exposition Que suis-je né et fait pour être dans la vie (à la rencontre de la seconde personne de soi)
HúS Espace d'exposition de l'ESADHaR - 2 rue Guiseppe Verdi / 76000 Rouen
23 janvier au 21 février 2018
Vernissage mardi 23 janvier à 18h00
Entrée libre du lundi au vendredi de 09h00 à 18h00

 

// Exposition Le pays, leur pays, mon pays, l’histoire de mon pays… !
Centre André Malraux - rue François Couperin / 76000 Rouen
23 janvier au 21 février 2018
Vernissage mardi 23 janvier à 12h00
Sur rendez-vous uniquement du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 19h

 

// Exposition Jeanne et Jeanne (les expressionnistes avec les impressionnistes, et l’histoire de Jeanne)… !
Dans le cadre de la Ronde de la Métropole
Musée des Beaux-Arts - Esplanade Marcel Duchamp / 76000 Rouen
25 janvier au 25 mars 2018
Vernissage jeudi 25 janvier 2018 à 19h00
Entrée libre du lundi au dimanche de 10h00 à 18h00
Plus d'infos

 

MEDIATION

La médiation de cette exposition sera aussi une des préoccupations majeure de la part de l’équipe pédagogique de l’ESADHaR : un cours de formation à la médiation a lieu sur les deux sites en direction des étudiants. Ceux-ci pourront intervenir selon des modalités différentes (visites ponctuelles, stages au musée, réalisation d’éditions pédagogiques….) Un workshop a été organisé à l’ESADHaR par Colette Hyvrard enseignante en photographie du 2 au 5 octobre 2017 avec Georges Adeagbo et Stephan Köhler. Ce workshop a rassemblé une vingtaine d’étudiants.

 

L'ARTISTE : GEORGES ADEAGBO

Georges Adeagbo est un artiste béninois. Après des études de droit en Côte d’Ivoire, il s’installe en France, à Rouen entre 1968 et 1971 et travaille chez Péchiney. Le décès de son père le contraint à rentrer au Bénin où il commence à travailler de vastes installations d’objets de toutes natures ainsi que des écrits de nature philosophiques dans une grande solitude et incompréhension de son entourage. Son travail est reconnu en 1993 par un commissaire d’exposition, Jean-Michel Rousset, alors collaborateur du curateur français André Magnin.

Les installations de Georges Adeagbo associent objets, images, textes, sculptures. Georges Adeagbo travaille en relation avec le lieu dans lequel il expose : le contexte social, historique, architectural détermine la taille et la nature des éléments présentés. En effet, Georges Adeagbo utilise les objets récoltés autour de l’espace dans lequel il expose, associés à des objets traditionnels africain, à des éléments tirés de l’actualité médiatique (extraits de journaux, etc.) ou à des créations réalisées par des artistes africains pour l’exposition.

La démarche de Georges Adeagbo est liée à l’histoire, notamment les traces actuelles et mémorielles de la colonisation en Afrique. Il assure la médiation entre les cultures à travers ses installations en montrant les préoccupations communes et la nécessité d’une collaboration pour résoudre les problèmes de notre monde. Il défend par des moyens visuels et verbaux à travers sa riche narration la diversité des méthodes cognitives opposée au pragmatisme et rationalisme du courant dominant eurocentriste. Avec humour, il renverse les rôles de l’explorateur et de l’exploré et interroge le degré d’avancement de la décolonisation. A Rouen, son travail sera plus particulièrement centré sur Jeanne d’Arc. Georges Adeagbo projette de relier cette figure incontournable de la ville de Rouen avec l’histoire d’un roi du Dahomey (actuel Bénin).

 

COLLOQUE

La présentation du travail de Georges Adeagbo coïncide avec l’organisation d’un colloque du laboratoire du VOIR, sur le thème de « L’image sans qualités » colloque conçu sur le principe de dialogues entre plasticiens et théoriciens (23 et 24 janvier 2018.) Georges Adeagbo participera à ce colloque. Il dialoguera avec Stephan Köhler.

Le colloque international « L’image sans qualités » réunit des artistes, commissaires d’exposition, historiens, anthropologues et philosophes pour une série de discussions et exposés autour de la production et des usages artistiques d’images non-artistiques, banales, ordinaires, voire ennuyeuses, des images qui défient ou subvertissent la représentation.
Organisation : Colette Hyvrard, Stéphanie Solinas et Tania Vladova (Labo VOIR/ESADHaR-RECHERCHE)

 

Visuel : © « La porte : derrière la porte… ! Qu’est-ce qu’il y a derrière la porte… ? », Georges Adéagbo, 2012. Crédit photographique : Stephan Köhler. ADAGP