4 QUESTIONS A ELISABETH SIMON

 

Qu’est ce qui vous a amené à reprendre vos études ?

J’ai repris mon cursus d’études vingt ans après le Diplôme National d’Arts Plastiques.
Durant ce lapse de temps je me suis confrontée à la vie professionnelle et j’ai cependant toujours continué d’avoir une pratique plastique. Il m’était devenu alors indispensable de pouvoir élargir mon champ intellectuel.
En retournant dans une école d’art je savais que je trouverais matière auprès du corps enseignant, par les rencontres et les échanges et que je trouverais aussi un lieu de travail avec des équipements et techniciens compétents.

 

Comment avez-vous vécu ces deux années ?

J’ai trouvé ma place assez rapidement parmi les étudiants de ma promo et l’équipe pédagogique.
J’ai adoré travailler dans l’atelier de gravure et bénéficier du savoir-faire d’Eddy Dumont, technicien de l’atelier.
J’ai apprécié pouvoir cuire des céramiques de grande taille dans le four  gigantesque de l’atelier terre.

 

Quels sont vos attentes vis-à-vis de l’exposition ?

Je trouve intéressant de pouvoir exposer avec d’autres jeunes artistes dans un nouvel environnement et particulièrement dans l’abbaye de Graville, lieu chargé d’histoire. C’est aussi l’occasion de faire des rencontres professionnelles et d’avoir un retour sur son travail.

 

Quels sont vos projets à venir ?

Continuer de produire !
L’insertion professionnelle dans le milieu artistique n’est pas simple.
J’ai postulé à la résidence artistique de la Villa Calderon à Louviers, ainsi qu’au nouveau Doctorat RADIAN Recherche-Création donc je croise les doigts. Je prépare aussi une exposition au printemps prochain.
Par ailleurs je continue de donner des cours d’arts plastiques dans différentes structures.’’

 

  • Photo : Cindy Meurie / ESADHaR
    Installation ''L'Alignement''
    Exposition TRANSITIONS, Abbaye de Graville